PRINCIPAUX DOMAINES D'INTERVENTION
RetourPROJET
Nous considérons que les usagers sont acteurs et responsables de leur vie. Nous les associons, dans la mesure de leur capacité, à l’élaboration de leur projet individualisé. Les actions mises en œuvre s’appuient sur l’évaluation de leurs potentialités et visent le maintien ou le développement de leur autonomie. Nous accordons une attention particulière à la compréhension de leur l’histoire et de leur environnement social et familial et l’adhésion et la collaboration avec la famille sont recherchées. Notre accompagnement vise à l’intégration sociale et chaque fois que la situation le permettra, nous encouragerons l’utilisation de relais extérieurs au service.

AIDE A LA VIE QUOTIDIENNE Les interventions dans le domaine de l’aide à la vie quotidienne sont en apparence basiques et simples à évaluer en ce qui concerne la propreté de l’appartement, l’hygiène corporelle et alimentaire. Mais en réalité, une évaluation « de visu » ne traduit en rien la quantité ni la qualité de travail et d’énergie dépensés par les travailleurs sociaux du service. Certains usagers sont très autonomes dans cet aspect de leur vie. Certains autres sont très loin d’avoir un comportement socialement satisfaisant car, et c’est la conséquence de leur pathologie, la « crasse » peut parfois avoir une fonction d’enveloppe protectrice qui évite la décompensation psychique. Idem pour le « chaos » qui règne dans certains logements. Nous sommes dans ces situations particulières au-delà de la saleté et du désordre couramment rencontrés. Les progrès possibles passent nécessairement par une modification et une amélioration de leur état psychique. Dans ces cas extrêmes mais qui sont loin d’être rares, des changements contraints par l’extérieur (en l’occurrence nous) risqueraient de provoquer cette décompensation psychique. C’est une tâche ardue et qui demande beaucoup de réflexion (avec le regard compétent et extérieur d’un superviseur) que de repérer les signes sur lesquels se fonde notre jugement pour déterminer ce qui est de l’ordre de la maladie psychique, de la paresse ou de la mauvaise foi quand un usager résiste à nos suggestions et propositions d’aide à la propreté et à l’ordre. La difficulté est la même quand il s’agit d’essayer de convaincre un usager de consulter un médecin, de prendre soin de lui quand il a été maltraité et rabaissé depuis son enfance et qu’il a une très mauvaise image de lui-même, quand il est entré dans un processus d’autodestruction, quand il est déprimé. L’écart est énorme entre les usagers qui ont dans ce domaine un comportement et une hygiène de vie normale et ordinaire et ceux que leur pathologie et/ou leur condition sociale et financière entraîne dans l’anormalité. Notre travail au quotidien nous plonge quelquefois dans un univers proche de la « Cour des miracles » Nous faisons aussi un travail d’information et de prévention en matière de sexualité (Suivi médical, contraception, MST). Nous intervenons beaucoup dans le domaine de l’aide aux démarches administratives et dans celui de la gestion, bien que la plupart des usagers soient sous protection juridique. Cette gestion est plus qu’une « aide pour compter » et demande un travail éducatif conséquent car les enjeux par rapport à l’argent ou par rapport à certains types de consommation ne sont pas sans connotation affective et sans enjeux inconscients. Les usagers qui ont des enfants bénéficient aussi de l’aide de nos travailleurs sociaux, en complémentarité et en partenariat avec les services de la PMI, l’ASE ou les établissements et services qui accueillent ou suivent certains de ces enfants. Nos interventions commencent dans le suivi de leurs grossesses sous la forme d’information, de conseils et d’accompagnements médicaux. Ensuite nous les soutenons et les encourageons dans le soin, l’alimentation et l’éducation des enfants, tout en étant vigilants aux signes de négligence ou de maltraitance. Nous les aidons dans les diverses démarches administratives et jouons un rôle de médiateur entre eux et les enseignants quand les enfants sont scolarisés. La quasi totalité des enfants des usagers de notre service est en grande difficulté scolaire et certains d’entre eux ont intégré ou intégreront à terme un établissement spécialisé. INSERTION SOCIALE ET PROFESSIONNELLE La situation du marché de l’emploi, les contraintes et les exigences du travail excluent du « milieu ordinaire » la grande majorité des usagers de notre service. Très peu d’entre eux ont un CDI. Certains épuisent pendant quelques années leur « crédit » d’emplois aidés et souvent plus par nécessité que par choix, demande une réorientation à la CDAPH pour intégrer un ESAT, ou simplement pour toucher l’AAH pour survivre. Nous mettons nos compétences au service des usagers pour les aider à trouver un emploi, en partenariat avec l’ANPE, Cap Emploi, etc… Nous les aidons à faire valoir leurs droits aux ASSEDIC. Nous participons à leur maintien à leur poste par un travail de médiation auprès des employeurs avec lesquels nous entretenons des relations de partenariat. Nous intervenons de même dans le domaine du logement et la tâche n’en est pas moins ardue. Certains usagers vivent depuis de nombreuses années dans des FJT. Ils y demeurent après 26 ans par manque de moyen financier ou parce que leurs « profils » ou leurs revenus ne sont pas suffisamment rassurants pour satisfaire un loueur privé. Et l’attente pour un logement social peut durer quelques paires d’années. En ce qui concerne la vie sociale, les difficultés d’intégration sont criantes. Rares sont les usagers en capacité de s’intégrer dans des activités sportives ou de loisirs classiques. Leur réseau social se construit autour de personnalités pas toujours très recommandables et qui profitent parfois de leur crédulité. Notre regard extérieur et nos interventions contribuent à les protéger un peu mais cette protection reste limitée. Notre travail consiste alors à les diriger vers le réseau associatif qui leur propose une diversité de réponses en termes d’activités de loisirs, culturelles, sportives à visée ludique ou thérapeutique. SOUTIEN MORAL ET PSYCHOLOGIQUE Le traumatisme du handicap est commun à tous, mais la plupart des usagers en ont vécu d’autres depuis la prime enfance, même dans les environnements les plus aimants et contenants. Ils ne sont pas faciles à déceler, à identifier mais se traduisent parfois par des comportements asociaux, apathiques ou violents, voire délinquants. Il n’est pas rare que des personnes soient tour à tour persécutées et persécutrices. Ces comportements traduisent une grande souffrance qui est destructrice car rarement exprimée. Ils n’ont pas les repères pour la déceler, ou pas les mots pour l’exprimer, pas la capacité d’élaboration suffisante pour la dépasser et améliorer leur qualité de vie et de relation. Cette souffrance nécessairement projetée sur autrui est le lot quotidien des travailleurs sociaux de notre SAVS. Elle est quelquefois difficile à soutenir, tout autant que la dureté des faits qui l’ont provoquée. Bien souvent il nous faut écouter ce que nous n’avons pas envie d’entendre… Cette souffrance est génératrice d’angoisse et provoque chez certains usagers des comportements à risque et autodestructeurs. Nos interventions visent à les soutenir, à les protéger, à les orienter et les accompagner vers des médecins ou des thérapeutes. Nous devons être vigilants et nous nous efforçons de les soutenir moralement. Cette souffrance génère un mal-être, isole, conduit à la dépression et au repli sur soi. Elle rend fragile et les usagers sont des victimes toutes désignées. Les violences subites, les brimades, les arnaques, sont fréquentes. Même les violences sexuelles et les viols ne sont pas si rares. Et nous n’avons connaissance que de la partie immergée d’un iceberg parfois assez glauque. PROTECTION Les personnes que nous accompagnons sont influençables et souvent vulnérables. Elles sont des proies faciles pour les « prédateurs » de toute sorte, surtout quand elles manifestent des comportements à risque et se mettent en situation de danger. Notre travail consiste alors à faire preuve de vigilance, à être attentifs aux différents signes de mal-être et de recouper des informations sur leur environnement venant de différentes sources. Nous avons peu de moyens d’intervention directe mais nous pouvons faire des signalements et accompagner les usagers qui se sentent en danger dans leurs démarches auprès des services de police ou de gendarmerie (dépôts de plaintes ou de mains courantes) Ils sont aussi la cible de vendeurs peu scrupuleux et sont régulièrement démarchés à leur domicile. Nous devons quelquefois passer du temps et de l’énergie pour annuler un contrat ou une vente (téléphonie mobile, assurance vie, abonnements à des revues, etc.) La protection concerne aussi les situations de pauvreté et nous cherchons pour eux des moyens financiers pour qu’ils puissent se loger, se soigner et s’offrir des prothèses dentaires ou autres appareillages, en recherchant des secours divers, auprès des services sociaux mais aussi dans le secteur caritatif. COORDINATION ET MEDIATION L'évolution des besoins des usagers ainsi que l'évolution de son environnement et des relations et contraintes sociales nous conduisent à adapter nos pratiques et donc à modifier en partie la nature de nos interventions. Nous travaillons de plus en plus en partenariat avec d'autres intervenants qu'ils soient du secteur médico-social ou autres, intervenants dont nous devons souvent définir et coordonner les missions pour en garantir la qualité et la cohérence dans le projet de vie de la personne handicapée, ou servir d'intermédiaire pour faciliter la communication (profession de santé, aide à la personne, employeurs, administration, animateurs d'activités, etc...
Projet Agréments/Financements Procédure d'admission Caractéristiques population Missions Organisation Partenariat Les studios tremplin Les Unités de Vie L'accueil temporaire Documents divers Retour Accueil Association Historique Projet Réseau Valeurs Aidez-nous Activités de loisir Informatique Cinéma Bowling Théâtre Week-end Vacances Divers Planning Infos SAVS Projet Procédures d'admission Partenariat Population Statistiques Missions Organisation Logements Studios tremplin Unités de Vie Les Quais La Curiaz Vallin Fier Les Passerelles Accueil temporaire Contacts ActualitésService d'Accompagnement à la Vie Sociale au service de l'inclusion des personnes porteuses d'un handicap intellectuel

SAVS Archim'Aide